La voix à Futhi Ntshingila, <br/>autrice d’Enrage contre la mort de la lumière

La voix à Futhi Ntshingila,
autrice d’Enrage contre la mort de la lumière

Bonjour Futhi ! Pouvez-vous vous présenter en tant qu’autrice, journaliste et femme ?

Bonjour ! Je m’appelle Futhi Ntshingila. Je suis née dans le township de Pietermaritzburg sur la côte est de l’Afrique du sud. Je suis l’autrice d’Enrage contre la mort de la lumière (en VO : Do Not Go Gentle), publié par Modjaji books en Afrique du Sud et Belleville éditions en France. Mes thèmes de prédilection en terme d’écriture sont les femmes, surtout celles en marge de notre société. J’ai toujours été passionnée par l’idée de préserver la mémoire de femmes qui ont eu des histoires que l’Histoire a ignorées. Je suis une journaliste professionnelle, diplômée de l’université de Rhodes et de l’université de KwaZulu Natal. Aujourd’hui, je vis et travaille à Pretoria.

Pour écrire votre puissant roman Enrage contre la mort de la lumière, où avez-vous puisé votre inspiration ?

Je me suis basée sur des expériences que j’ai eues en tant que journaliste. Un événement tout particulier m’a longtemps hantée : l’horrible histoire d’une communauté installée de manière non officielle en marge de la ville, qui a été emportée par une inondation fulgurante… Je souhaite raconter des histoires de résilience qui n’arrivent jamais sous le feux des projecteurs du grand public. Mettre en lumière le parcours de femmes qu’on n’a pas l’habitude de voir, et dont l’existence est souvent vue comme un désagrément.

Pouvez-vous nous parler de votre routine d’écriture ?

J’écris surtout la nuit. La paix et le silence m’inspirent et m’ouvrent à mes personnages dont les histoires ne demandent qu’à être écrites. La majorité du temps, je ne prévois pas mes scenarios en amont. J’essaie de me laisser emporter par mes personnages et mon imagination, quitte à la recadrer si je me perds dans des péripéties peu réalistes.

Vous écrivez sur les femmes. Vous définissez-vous comme féministe ?

Je suis engagée pour l’égalité sociale de tous les êtres humains, sans me sentir obligée de m’intégrer à une école de pensée. J’ai choisi de marcher dans les pas de mes grands-mères, qui n’avaient d’autre choix que d’être coriaces, et de gérer leur foyer sans nécessairement se considérer autrement que comme femmes africaines. L’intersectionnalité complexe dans laquelle les femmes noires doivent naviguer m’a laissé me sentir à l’aise d’être simplement une femme africaine qui croit en la lutte contre les inégalités et les préjugés quotidiens tels qu’ils se présentent, ce qui est souvent le cas.

Vous êtes publié par une très belle et intéressante maison d’édition en Afrique du Sud, Modjaji. Avez-vous quelques mots à nous dire à leur sujet?

Modjaji Press a ouvert des espaces incroyables pour nombre de leurs auteurs. J’ai été attirée par la maison pour son engagement à publier des écrits féminins. Colleen Higgs, la fondatrice a travaillé dur et a prouvé que Modjaji était une maison d’édition prometteuse pour ses auteurs à l’international. Elle croit au talent de ses auteurs.

Quelle a été la réception de votre livre dans votre pays?

J’ai surtout reçu des commentaires positifs de lecteurs dont certains sont biaisés parce qu’ils sont des amis et de la famille !

Que pensez-vous d’être publié en France? Dans quels pays vos livres ont-ils été traduits jusqu’à présent?

Je suis heureuse que le livre reçoive une plus grande visibilité internationale et j’espère que les lecteurs français apprécieront mon histoire ! Qu’elle trouvera une résonance en eux, et qu’ils apprendront quelque chose sur la vie de ma communauté. Le livre a également été publié au Brésil et au Mozambique.

 Avez-vous un auteur français préféré (ou plusieurs)?

Mon contact avec la littérature française est limité principalement par la barrière de la langue. J’ai apprécié les classiques comme Les Misérables, Notre-Dame de Paris ou Les trois mousquetaires. A l’université, je me souviens du texte féministe Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir… Me voilà maintenant obligée de parfaire mes connaissances en littérature française !

Que lisez-vous actuellement?

Je viens de terminer un livre incroyable de l’autrice britannique Candice Carty-Williams intitulé Queenie. Je passe maintenant à A fleur de peau de l’auteur zimbabwéen Tsitsi Dangaremba.

Articles similaires

Laisser un commentaire

luctus dictum in porta. id, Praesent