La voix à Michel Choueiri, libraire à Beyrouth

Lors de son séjour au pays du Levant, Belleville s’arrête à Beyrouth et rencontre Michel Choueiri, libraire et Directeur Général de la librairie El Bourj. Cette magnifique librairie se trouve en plein centre-ville, juste à côté de la place des Martyrs. On y trouve des livres en français, arabes et anglais. Ouverte depuis décembre 2003, c’est également la seule librairie trilingue indépendante au Liban. Pourquoi cet emplacement ? Nous sommes installés dans l’immeuble du quotidien libanais arabophone An Nahar. La librairie a été initialement créée par Chadia Tueni (PDG de la librairie) et feu son époux Ghassan Tueni PDG du journal à ce moment-là. Ils m’ont demandé de s’associer à eux, puis une autre personne de la famille, Rhéa Tueni, s’est jointe à nous. Nous sommes donc quatre, mais je suis le seul à travailler à plein temps dans la librairie. Nous sommes en plein centre-ville de Beyrouth, un quartier incontournable pour les touristes et pour les Libanais. Malheureusement, depuis 2005, les choses sont plus difficiles et le quartier moins fréquenté. Pourquoi proposer des livres français, arabe et anglais ? Tous les Libanais pratiquent au moins deux des trois langues. Nous ne traitons donc pas nos romans en français ou en anglais comme une langue étrangère, comme nous le ferions avec de l’italien ou de l’allemand. Ces trois langues sont les …

La voix à Sidonie, libraire française à Bucarest

Il y a un peu plus d’un an, Sidonie ouvrait une librairie française à Bucarest : la librairie Kyralina, qui est vite devenue un lieu de référence pour les francophones en quête de lecture en tout genre. Nous sommes allées lui rendre visite, et nous avons été enchantées. Comme vous pourrez le voir dans la galerie photo, la librairie est un lieu où il fait bon flâner et s’attarder : la déco faite de palette est enchanteresse, et la sélection de livres impressionnante. Nous donnons aujourd’hui la parole à celle qui a fondé ce merveilleux petit univers. Pourquoi ouvrir une librairie française à Bucarest ? Pour créer un espace privilégié pour les nombreux francophones de la ville (1 personne sur 4 parle français et les élèves apprennent encore la langue à l’école). Les Roumains lisent-ils beaucoup en français ? La librairie fonctionne, donc je dirais oui. 70 % de nos clients sont roumains. Qu’est-ce qui fonctionne ? Nous avons environ 4 500 références. Le secteur qui fonctionne le mieux est la jeunesse (50 % de nos ventes). Ensuite, c’est la littérature et les sciences sociales. Et pour la littérature ? Nous vendons aussi bien de la littérature française que des livres traduits. Par exemple pour les Roumains souhaitant faire des cadeaux à leurs amis français, nous vendons les auteurs roumains traduits. Mais les Roumains achètent également la littérature étrangère …

e3c58acf87ff60dd775125fa0f4ef60agggggggggggg