La voix à Sidonie, libraire française à Bucarest

La voix à Sidonie, libraire française à Bucarest

Il y a un peu plus d’un an, Sidonie ouvrait une librairie française à Bucarest : la librairie Kyralina, qui est vite devenue un lieu de référence pour les francophones en quête de lecture en tout genre. Nous sommes allées lui rendre visite, et nous avons été enchantées. Comme vous pourrez le voir dans la galerie photo, la librairie est un lieu où il fait bon flâner et s’attarder : la déco faite de palette est enchanteresse, et la sélection de livres impressionnante. Nous donnons aujourd’hui la parole à celle qui a fondé ce merveilleux petit univers.

La librairie française Kyralina
La librairie française Kyralina

Pourquoi ouvrir une librairie française à Bucarest ?

Pour créer un espace privilégié pour les nombreux francophones de la ville (1 personne sur 4 parle français et les élèves apprennent encore la langue à l’école).

Les Roumains lisent-ils beaucoup en français ?

La librairie fonctionne, donc je dirais oui. 70 % de nos clients sont roumains.

Qu’est-ce qui fonctionne ?

Nous avons environ 4 500 références. Le secteur qui fonctionne le mieux est la jeunesse (50 % de nos ventes). Ensuite, c’est la littérature et les sciences sociales.

La librairie française Kyralina
La librairie française Kyralina

Et pour la littérature ?

Nous vendons aussi bien de la littérature française que des livres traduits. Par exemple pour les Roumains souhaitant faire des cadeaux à leurs amis français, nous vendons les auteurs roumains traduits. Mais les Roumains achètent également la littérature étrangère en français, car certains veulent comparer les traductions, ou tout simplement parce qu’ils ont une vraie envie de lire en langue française, donc pourquoi pas dans des traductions ! Par exemple, notre collection Folio à 10 lei (2 euros) fonctionne très bien, avec des auteurs de toutes nationalités.

Pour le prix, nous restons très proches du prix français. C’est une vraie volonté de conserver des prix accessibles. En gros, nous ajoutons uniquement le transport, mais nous ne faisons pas plus de marge. Quant à notre sélection, nous cherchons des livres pas trop chers, qui ne s’éloignent pas trop des moyens d’ici.

Avez-vous un rayonnement hors de Bucarest ?

Nous sommes en train de lancer notre site Internet afin de couvrir tout le pays. C‘est une décision que nous avons prise à force de participer à différents festivals du livre, lors desquels nous avons pu constater qu’il existe de nombreux lecteurs hors de Bucarest qui lisent le français au quotidien. Et pour l’instant, ils n’ont accès qu’aux bibliothèques ou à des petits rayons dans des librairies roumaines. Nous souhaitons devenir leur librairie de référence.

Quelles sont les œuvres littéraires les plus populaires à Bucarest ?

Le Petit Prince, comme partout dans le monde. Sinon, Albert Camus et Marguerite Duras sont très appréciés. Les gens sont également avides de classiques (Zola, etc.). Pour les contemporains, ce sont les auteurs traduits qui remportent les suffrages : Michel Houellebecq, Andreï Makine, Marie Darrieussecq, etc.

Sinon, évidemment, Panaït Istrati, que, vous l’avez deviné, nous aimons beaucoup. Le livre qui a donné son nom à la librairie, Kyra Kyralina marche très bien, et nous en sommes heureux car, en faisant ce choix, nous avions une vraie volonté de faire connaître un peu mieux son œuvre. En effet, même s’il est connu et étudié à l’école, peu de Roumains connaissent bien son œuvre. Par exemple, il n’a pas donné son nom à une rue de Bucarest, contrairement à d’autres grands auteurs.

Accueillez-vous beaucoup d’auteurs français ?

Oui, grâce à l’aide de l’Institut et du Lycée français. En un an, nous avons reçu quatre prix Goncourt !

Organisez-vous souvent des événements ?

Nous sommes très actifs et essayons de varier le plus possible les types d’événements. Nous faisons des ateliers de contes, de mangas, d’architecture, de création de cartes postales pop-up… Nous organisons également des cercles de lecture, des ateliers d’écriture. Pour la rentrée littéraire, nous avons fait un « speed booking » : cela consiste à présenter la rentrée littéraire de la manière la rapide possible. Ça s’est très bien passé, et nous voudrions répéter la formule avec d’autres thèmes. Enfin, on reçoit dans notre jardin une AMAP une fois par semaine.

Pour ce qui se passe à l’extérieur de la librairie, nous participons au maximum aux salons du livre pour nous faire connaître.

La librairie française Kyralina
La librairie française Kyralina

Comment le numérique se développe à Bucarest ?

Certains éditeurs commencent à publier des ebooks, mais c’est encore très balbutiant. Pourtant je pense qu’il y a un bon potentiel en Roumanie, car les gens sont très férus de technologie et de nouveaux médias.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Le lancement de notre site internet, tout d’abord. Par ailleurs, nous avons monté une fédération des libraires indépendants avec la librairie anglaise Anthony Frost et la librairie BD Jumatatea Plina. Le but est de participer aux événements ensemble, de se soutenir et de créer une unité pour défendre au mieux notre métier.

Pourriez-vous nous parler de vos coups de cœur en littérature roumaine ?

Évidemment, Panaït Istrati représente beaucoup pour moi. C’est un auteur roumain qui écrit en langue française. Je recommande chaudement Domnita din Snagov. Cela se passe au xixe siècle, au temps des haïdouks, qui sont des sortes de Robin des bois roumains, qui volaient les riches pour donner aux pauvres, et qui se battaient pour la cause des gitans. Ces personnages emblématiques ont réussi à sortir la Roumanie de son système féodal et à déstabiliser le pouvoir en place au profit d’un système plus juste.

Sinon, j’aime beaucoup Le vin de longue vie. C’est un texte du début du xxe siècle, qui raconte à la manière d’une fable la rencontre du narrateur avec un vieillard qu’on soupçonne de maintenir sa longévité grâce à un vin aux mystérieux pouvoirs… Ce livre révèle un folklore roumain regorgeant de fantastique et de traditions locales.

N’hésitez pas à suivre l’actualité de ce joli lieu sur Facebook !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Aenean dolor. leo. vel, adipiscing venenatis et,