Alors ce livre connecté ?

La coiffure de la mariée de Seray Şahiner a aujourd’hui 600 lecteurs ! Nous nous sommes dit que c’était l’occasion de faire un point sur ce fameux concept de littérature connectée. Rappel : c’est quoi la littérature connectée ?   Un livre papier enrichi de photos, vidéos, musique, plans, etc. pour donner un éclairage sur l’univers du roman et enfin réconcilier lecteurs classiques et technophiles. Nous avons donc confronté cette belle idée à la réalité… Et en parallèle de la publication du livre papier (selon une méthode classique qui fait ses preuves chez bien d’autres éditeurs), nous avons développé le premier espace web entièrement dédié et connecté à une œuvre de littérature. (Eh oui, juré, personne d’autre ne le fait…). À découvrir ICI. Nous avons conçu ce site comme une véritable fenêtre ouverte sur la Turquie d’aujourd’hui – celle dont nous vous parlons tant. Des photos pour découvrir les villes et paysages, de la musique pour recréer l’ambiance sonore, des articles pour approfondir un point ou éclaircir un événement historique, des plans pour se repérer dans les lieux du livre… Aujourd’hui, nous espérons avoir rempli notre mission de « guide de voyage littéraire ». « Les lecteurs vont vraiment sur votre site ? » Quand tout est devenu palpable, on a bien sûr voulu savoir si ça plaisait ! On a donc interrogé nos proches (mais leur objectivité fait débat), mais aussi des libraires, des professionnels du livre et les premiers …

Les 10 bonnes raisons d’offrir un livre à Noël

1. Vous faites vivre la culture À chaque livre que vous offrez (et donc achetez), c’est toute une chaîne de métiers culturels que vous entretenez. De l’auteur au libraire, en passant par l’éditeur et l’imprimeur, toutes ces personnes ont travaillé avec leurs petites mains pour réaliser l’ouvrage que vous tenez entre les vôtres. Et ça, c’est plutôt cool. 2. Un livre ne prend pas de place sous le sapin Car oui, petit troll que l’on voit venir, à moins d’offrir l’intégrale de Guerre et Paix avec sa version audio disponible en VHS, vous êtes assuré de ne pas empiéter sur l’espace vital de vos proches. (Même si, on l’avoue, un gros bouddha en terre cuite fait toujours son petit effet sur la table du salon). 3. C’est pas cher D’après nos récents calculs, à chaque livre acheté, vous faites une économie de 140 % par rapport à une Playstation 4, 740 % sur l’achat d’une voiture neuve et 378 982 % sur l’achat d’un Boeing 747. Ceci est probablement notre meilleur argument de vente. 4. Vous faites voyager gratuitement Offrez un voyage à Istanbul, en Tanzanie ou en Australie à une personne et elle voyagera une fois. Offrez-lui un livre et elle voyagera autant de fois qu’elle le lira. 5. Vous passez pour quelqu’un de cultivé(e) La cravate ? Un classique. La box cadeau week-end de folie patati ? Ils …

Quelle belle soirée !

C’est avec des étoiles plein les yeux que nous vous écrivons ces quelques lignes pour raconter la soirée de lancement de Belleville éditions du vendredi 6 novembre. Tout d’abord quelques chiffres qui nous vont droit au cœur… Plus de 75 livres ont été vendus : objectif atteint ! Et vous êtes tombés sous le charme de notre tote bag ; une dizaine de “Kedi sur toile” a trouvé preneur et nous n’en espérions pas tant ! Amis, famille, collègues, professionnels de la littérature ou simples curieux, vous êtes plus de 120 à être venus nous témoigner votre soutien et votre affection. Un “prix Médicis” s’était même caché parmi la foule. Saurez-vous le retrouver ? Enfin, nous étions impatientes quoique stressées à l’idée de partager avec vous pour la toute première fois une des histoires de “La coiffure de la mariée”. Nous espérons que la lecture magnifiquement interprétée par Selin vous aura donné envie de découvrir les autres portraits de ces femmes de la Turquie d’aujourd’hui… Vous avez donc contribué à faire de cet événement un succès… Mille mercis à vous tous ! L’aventure ne fait que commencer… Très bientôt il y aura d’autres occasions de nous revoir ! PS : Au fait, n’hésitez pas à nous partager vos impressions de lecture.

La voix à Iulian Ciocan, auteur Belleville, originaire de Moldavie

Nous avons l’immense plaisir de vous présenter notre tout premier auteur — celui que nous avons « signé » au début de notre périple qui passait par la Roumanie (rappelez-vous) ! Il s’appelle Iulian Ciocan et vit à Chisinau en Moldavie. Son roman, Le Royaume de Sasha Kozak, paraîtra en 2016 aux éditions Belleville donc ! Petite interview. Raconte-nous qui tu es. Je suis écrivain et journaliste. Je suis d’ailleurs davantage journaliste car il ne m’est pas encore possible de vivre de ma plume. J’anime une rubrique pour Radio Free Europe intitulée « La réalité dans les petits détails » qui me demande beaucoup de travail. J’écris sur le quotidien des gens. La politique ne m’intéresse que lorsqu’elle a un impact sur la vie de tous les jours. Partant du principe qu’en Moldavie, la politique est présente partout, on peut considérer en quelque sorte que je suis un journaliste politique. Quand j’ai du temps libre, j’écris mes livres… et je joue en ligne au tennis de table et aux échecs ! Dans quels pays as-tu été publié ? Que ressens-tu à l’idée d’être publié en France ? Pour un auteur moldave, ce n’est pas évident d’être traduit dans d’autres langues. On se heurte à quelques obstacles : nous n’avons par exemple pas d’institut culturel pour financer les traductions. Aussi, tout dépend de l’effort personnel de l’auteur. Je crois que j’ai été chanceux sur ce …

Histoire de papiers…

Belleville avance… Discrètement certes. Pourtant nous n’avons pas chômé ! Derrière le projet de création d’une maison d’édition, il s’agit de monter une entreprise… Et là c’est souvent plus simple à dire qu’à faire. Ce n’est pas une surprise bien sûr mais cela demande du temps : connaître les démarches, les différents enjeux à chaque étape, rencontrer les bonnes personnes pour avancer pas à pas dans la bonne direction. Aujourd’hui, début novembre 2014, nous fêtons une petite victoire : la SAS Belleville éditions est enregistrée au greffe du tribunal de commerce de Paris ! Siret, numéro de TVA intracommunautaire, compte en banque… Tous les attributs plus ou moins matériels qui la rendent bien réelle ! Une personne morale est née : félicitations aux mamans ;) En quelques mots, voilà comment ça s’est passé… Étape 1. Trouver un juriste pour rédiger les statuts selon nos demandes et nos contraintes. Déterminer la forme juridique de notre association (SAS, SARL et on en passe), se répartir les rôles, décider de notre année fiscale, déterminer le montant du capital social, vérifier que les dépôts de marques sont conformes, etc. Bref, se poser tout un tas de questions pour asseoir juridiquement et donc sereinement notre travail ensemble ! Étape 2. Trouver une banque, et un conseiller en particulier, capable de comprendre les enjeux d’une start-up et intéressé par un projet d’édition …

felis amet, venenatis, mi, sit sem, felis leo. nunc massa