Alors ce livre connecté ?

Alors ce livre connecté ?

La coiffure de la mariée de Seray Şahiner a aujourd’hui 600 lecteurs ! Nous nous sommes dit que c’était l’occasion de faire un point sur ce fameux concept de littérature connectée.

Rappel : c’est quoi la littérature connectée ?

 

Un livre papier enrichi de photos, vidéos, musique, plans, etc. pour donner un éclairage sur l’univers du roman et enfin réconcilier lecteurs classiques et technophiles.

Nous avons donc confronté cette belle idée à la réalité… Et en parallèle de la publication du livre papier (selon une méthode classique qui fait ses preuves chez bien d’autres éditeurs), nous avons développé le premier espace web entièrement dédié et connecté à une œuvre de littérature. (Eh oui, juré, personne d’autre ne le fait…). À découvrir ICI.

Nous avons conçu ce site comme une véritable fenêtre ouverte sur la Turquie d’aujourd’hui – celle dont nous vous parlons tant. Des photos pour découvrir les villes et paysages, de la musique pour recréer l’ambiance sonore, des articles pour approfondir un point ou éclaircir un événement historique, des plans pour se repérer dans les lieux du livre…

Aujourd’hui, nous espérons avoir rempli notre mission de « guide de voyage littéraire ».

« Les lecteurs vont vraiment sur votre site ? »

Quand tout est devenu palpable, on a bien sûr voulu savoir si ça plaisait ! On a donc interrogé nos proches (mais leur objectivité fait débat), mais aussi des libraires, des professionnels du livre et les premiers lecteurs dont nous avions les coordonnées (stalker mode activé).

Dans l’ensemble les retours sont positifs, surtout si on exclut ceux qui n’avaient même pas noté qu’il existait un site. C’est d’ailleurs un point sur lequel nous travaillons. Nous préparons une notice qui servira d’introduction plus claire au concept dans le livre…

« Moi, je préfère y aller plus tard »

Pour beaucoup, vous avez été nombreux à préférer découvrir le site après avoir fini la lecture du livre. Et nous pensions bien que ce serait le choix privilégié vue la technologie employée. Nous aimerions permettre aux lecteurs d’accéder à chacune des notes en scannant simplement la page concernée… mais c’est encore inaccessible.

Dans cette logique et pour mieux se repérer, certains d’entre vous ont également suggéré d’intégrer un index des notes connectées. Nous y travaillons également.

« Et les pros, ils en pensent quoi ? »

Au cours de ces derniers mois, nous avons démarché de nombreux libraires par téléphone et fait quelques tournées en librairies dans le Nord, dans l’Ouest, à Paris, en Belgique… Où que vous soyez, pensez à vérifier sur notre carte ;) En travaillant ainsi en auto-diffusion (chaque livre placé en librairie nous a demandé pas mal de temps et d’allers-retours à la Poste), nous avons eu la chance de pouvoir obtenir l’avis des libraires.

Si certains se sont concentrés uniquement sur le texte, beaucoup (plus que nous l’imaginions) ont été très enthousiastes. Ils sont ravis de pouvoir proposer un livre au format innovant. Mais au-delà de l’aspect technique, ils y voient la possibilité d’offrir une meilleure compréhension du monde et de l’actualité à leurs lecteurs. Comme la librairie les Passagers du livre à Landerneau qui a consacré un table entière à la Turquie et a trouvé de nombreux autres lecteurs. C’est aussi le cas de l’Arbre à lettres à Bastille qui a vendu en un temps record 20 exemplaires !

En conclusion, nous sommes convaincues que la littérature connectée trouvera ses lecteurs et ses libraires pour la défendre. À nous d’améliorer le concept. Au passage, n’hésitez pas à mettre en commentaires vos remarques, bonnes ou mauvaises. Vous pouvez aussi nous écrire à : kedi@belleville-editions.com. Nous prendrons le temps d’y répondre et nous essaierons sûrement d’en tirer le meilleur pour Belleville.

Les librairies citées à liker et visiter !

La Parenthèse à Annonay
L’Arbre à lettres à Paris Bastille
Les Passagers du livre à Landerneau
Les Guetteurs de vent à Paris 11e

Articles similaires

Laisser un commentaire

dolor. luctus lectus sem, Curabitur dolor quis,