La voix à Fernando Chamarelli,
illustrateur de la couverture de Sainte Caboche

Chez Belleville, chaque livre est illustré par un artiste du pays de l’auteur. Pour le premier roman de la maison, Sainte Caboche, nous avons eu la chance de travailler avec Fernando Chamarelli, un street artist aux magnifiques œuvres colorées, remplies de créatures exotiques étranges. Nous lui avons posé quelques questions et plongé dans son univers… Raconte-nous un peu ton quotidien… Quelle place y tient l’art ? Je pense à l’art en permanence. Je peins un peu tous les matins, après-midis et soirs. En parallèle, je regarde des documentaires et des films pour me donner de l’inspiration. Et j’ai toujours mon carnet à dessin sur moi au cas où. Je vis exclusivement de mon art depuis 2009, mais je pratique plein d’autres activités. J’aime la nature et le sport – le football, comme tout bon Brésilien ! Sinon, vous pouvez me trouver dans les bars sympas de São Paulo :) Je suis tombé dans l’univers des Marvel à 14 ans, et plus rien n’a été comme avant. Impossible d’arrêter de dessiner. Dans quelques jours, je m’installe dans le Nordeste, à Maceio. Pas très loin de là où se passe Saint Caboche ! (Après vérification, il a quand même près de 600 km… NdÉ.) J’ai la chance de pouvoir vivre où je veux, donc je déménage fréquemment. Généralement, j’embarque ma peinture, quelques habits et mon ordinateur. Ça me …

Belleville vous emmène à Djerbahood !

Djerbahood, c’est le musée à ciel ouvert installé à Erriadh, un petit village de l’île de Djerba, dédié au street art. On doit cette merveille à la galerie Itinerrance, qui nous avait offert la Tour Paris 13 il y a quelques mois. Cent cinquante artistes de trente nationalités ont investi les lieux, et le résultat est magique ! Les éditrices de Belleville ne pouvaient pas résister… On vous recommande au passage la série d’Arte sur le sujet.

Belleville fait les journées du patrimoine

C’est quand même assez chouette d’avoir accès libre à tous ces lieux pour la plupart inconnus chaque année le temps d’un week-end. Le problème, c’est qu’il y a souvent trop de monde et de choix et on ne sait plus où aller. C’est pour cela qu’on vous propose notre petite sélection. On aime à Belleville ! Une petite rando de 6 kilomètres pour découvrir les sources cachées à Belleville ! Une expo (photos et peintures) sur le Belleville des années 60 & 70 au foyer la Métairie. La Maison des métallos, parce qu’elle a une super histoire, et que ça vaut vraiment le coup d’y aller tout le reste de l’année aussi. Les comptoirs de l’Inde parce que Belleville y sera bientôt… La Bellevilloise, parce que c’est un lieu magnifique et qu’il s’y passe tout le temps plein de choses ! La grande loge féminine de France, parce qu’on est des femmes ;) On aime à Paris ! On sort de Belleville, mais on voulait tout de même vous conseiller ces deux lieux car ils sont magnifiques chacun à leur manière. Prenez-en plein les mirettes à la Halle Freyssinet, gigantesque halle ferroviaire qui abritait les messageries de la gare d’Austerlitz, et rêvez au musée des arts forains, devant les nombreux manèges d’antan. On aime en province, même si on y est pas ! Évidemment, on vous …

Belleville, art de rue

Quartier populaire de Paris et carrefour des cultures du monde, Belleville regorge de surprises à chaque coin de rue. Fresques street art, espaces verts, lieux de rendez-vous culturels… C’est une porte ouverte sur toutes les villes du monde, en mouvement perpétuel. Un peu comme le quartier, les éditions seront cosmopolites, vivantes, populaires, indisciplinées !

8b5eb67876b52ad176f5cf43e7d89139ZZZZZZZZZZ