La voix à Olesea Caus,
illustratrice du Royaume de Sasha Kozak

Pour Le Royaume de Sasha Kozak, nous avons eu la chance de travailler avec la jeune – et déjà grande – artiste aquarelliste moldave Olesea Caus. En quelques échanges de mails, et après qu’elle ait lu le livre rapidement pour s’en imprégner, nous recevions des propositions immédiatement justes. Elle a tout de suite su capturer la poésie de ce texte, mêlant l’arbre bavard de la cour du bloc de Sasha Kozak aux buildings imposants qui font le paysage de Chișinău. Un décor bien moins terne que ce que l’on peut imaginer. Nous sommes enchantées de vous la présenter. Parle-nous de ton quotidien et de la place de l’art dans ta vie Je peins depuis toujours. Ça a commencé comme un simple loisir d’enfant, mais quand mes parents m’ont vu dessiner sur les murs de la maison, ils m’ont envoyée au lycée d’arts plastiques Igor Vieru, à Chișinău. J’ai ensuite intégré l’Académie des Beaux-Arts. Aujourd’hui, je vis à Barcelone, où je partage mon temps entre mon activité artistique et un travail dans l’industrie de la mode. Où trouves-tu ton inspiration ? Mon inspiration s’apparente à un ouragan, tantôt dans l’œil du cyclone tantôt en pleine explosion ! Je la puise de la nature, de la Moldavie, des gens que je croise, des voyages, des livres, de la cuisine et des émotions diverses – parfois l’amour et le bonheur, …

Belleville au salon Livre Paris

Âme voyageuse, Belleville a choisi de ne pas avoir de stand mais de se promener chez ses amis du Brésil (stand G76) et de la Roumanie (stand J86)… Vous y trouverez nos livres pendant toute la durée du salon ! Nous aurons l’immense plaisir de vous présenter nos deux auteurs : Socorro Acioli, Sainte Caboche, et Iulian Ciocan, Le Royaume de Sasha Kozak… en avant-première (sortie en librairie le 14 avril) ! Voici le programme des festivités. On vous attend nombreux ! SAMEDI 25 MARS 15H-16H : Rencontre entre Socorro Acioli et son traducteur Régis de Sá Moreira, également auteur Au diable vauvert, animée par Leonardo Tonus – suivie d’une dédicace de Sainte Caboche. DIMANCHE 26 MARS 10H30-11H15 : Rencontre entre Iulian Ciocan, sa traductrice Florica Ciodaru-Courriol et ses éditrices, animée par Aïda Vâlceanu – suivie d’une dédicace du Royaume de Sasha Kozak. LUNDI 27 MARS 14H-15H : Rencontre d’éditeurs français et roumains animée par Cosmin Perța, avec Călin Vlasie (Editura Paralela 45), Laura Albulescu (Editura Art), Jérôme Carassou (Éditions Non Lieu), Marie Trébaol et Dorothy Aubert (Belleville). Retrouvez l’événement Facebook ici et le site officiel du salon là. À bientôt !

La voix à Régis de Sá Moreira,
traducteur de Socorro Acioli

Le 14 mars prochain sortira le premier roman de Belleville éditions, Sainte Caboche de Socorro Acioli. Embarquez avec nous dès aujourd’hui pour le Brésil, en faisant la connaissance de son merveilleux traducteur, Régis de Sá Moreira. Régis est romancier et traducteur. Né en 1973 d’un père brésilien et d’une mère française, il a vécu plusieurs années au Brésil et aux États-Unis. Sainte Caboche est le premier roman qu’il traduit de sa langue paternelle (découvrez ici les premières pages). Tu es auteur mais aussi traducteur. Un métier public et un autre plus dans l’ombre… Comment s’organise ton quotidien ? Les deux sont dans l’ombre en fait. En ce qui me concerne, la partie publique du métier d’écrivain n’est qu’une petite cerise sur un gros gâteau. Mon quotidien s’organise au jour le jour, c’est-à-dire que l’organisation n’est pas mon point fort. Parfois j’écris le matin et traduis l’après-midi, ou l’inverse… et parfois uniquement l’un ou l’autre, ou encore ni l’un ni l’autre. Ceci dit, il y a un moment où un livre demande une entière présence, c’est en général moins long pour une traduction que pour une « création », mais c’est un moment essentiel qu’il faut savoir reconnaître et accueillir. J’ai commencé par l’écriture de mes livres, la traduction est arrivée il y a seulement trois ou quatre ans, je suis encore novice ! …

La voix à Florica Courriol, traductrice de Iulian Ciocan

Bientôt, nous vous présenterons un roman venu de Moldavie, par l’auteur Iulian Ciocan dont nous vous avons déjà parlé. En attendant, pour vous mettre l’eau à la bouche, nous souhaitions vous présenter sa merveilleuse traductrice Florica Courriol. Née en Roumanie, Florica est traductrice et professeure de traduction à l’École normale supérieure de Lyon. Nous l’avons rencontrée lors du FILIT (Festival international de Littérature et de Traduction de Iași) avec son mari Jean-Louis Courriol. Très soudés, tous deux fourmillent de beaux projets : l’entente a été immédiate. Nous avions envie que vous la connaissiez mieux, pour comprendre ce qui nous a séduit chez elle avant de découvrir le superbe roman de Iulian Ciocan. Vous vivez entre la France et la Roumanie. Pouvez-vous nous raconter votre parcours et nous expliquer votre quotidien ? Je suis née en Roumanie où j’avais commencé des études de français, langue que j’adorais (si ce n’est pas un pléonasme de la part d’un Roumain), lorsqu’un jour le hasard a mis sur mon chemin d’étudiante un jeune Français, beau et intelligent de surcroît, professeur de Lettres classiques, intéressé par langue roumaine. J’adorais son accent exquis et ses connaissances de latin et de grec, je rêvais d’en faire un ami : il est devenu mon mari ! Mais le chemin a été long et difficile, on ne pouvait pas se marier …

Les 10 bonnes raisons d’offrir un livre à Noël

1. Vous faites vivre la culture À chaque livre que vous offrez (et donc achetez), c’est toute une chaîne de métiers culturels que vous entretenez. De l’auteur au libraire, en passant par l’éditeur et l’imprimeur, toutes ces personnes ont travaillé avec leurs petites mains pour réaliser l’ouvrage que vous tenez entre les vôtres. Et ça, c’est plutôt cool. 2. Un livre ne prend pas de place sous le sapin Car oui, petit troll que l’on voit venir, à moins d’offrir l’intégrale de Guerre et Paix avec sa version audio disponible en VHS, vous êtes assuré de ne pas empiéter sur l’espace vital de vos proches. (Même si, on l’avoue, un gros bouddha en terre cuite fait toujours son petit effet sur la table du salon). 3. C’est pas cher D’après nos récents calculs, à chaque livre acheté, vous faites une économie de 140 % par rapport à une Playstation 4, 740 % sur l’achat d’une voiture neuve et 378 982 % sur l’achat d’un Boeing 747. Ceci est probablement notre meilleur argument de vente. 4. Vous faites voyager gratuitement Offrez un voyage à Istanbul, en Tanzanie ou en Australie à une personne et elle voyagera une fois. Offrez-lui un livre et elle voyagera autant de fois qu’elle le lira. 5. Vous passez pour quelqu’un de cultivé(e) La cravate ? Un classique. La box cadeau week-end de folie patati ? Ils …

suscipit quis, id massa ut sed pulvinar eget