La voix à Olesea Caus,
illustratrice du Royaume de Sasha Kozak

Pour Le Royaume de Sasha Kozak, nous avons eu la chance de travailler avec la jeune – et déjà grande – artiste aquarelliste moldave Olesea Caus. En quelques échanges de mails, et après qu’elle ait lu le livre rapidement pour s’en imprégner, nous recevions des propositions immédiatement justes. Elle a tout de suite su capturer la poésie de ce texte, mêlant l’arbre bavard de la cour du bloc de Sasha Kozak aux buildings imposants qui font le paysage de Chișinău. Un décor bien moins terne que ce que l’on peut imaginer. Nous sommes enchantées de vous la présenter. Parle-nous de ton quotidien et de la place de l’art dans ta vie Je peins depuis toujours. Ça a commencé comme un simple loisir d’enfant, mais quand mes parents m’ont vu dessiner sur les murs de la maison, ils m’ont envoyée au lycée d’arts plastiques Igor Vieru, à Chișinău. J’ai ensuite intégré l’Académie des Beaux-Arts. Aujourd’hui, je vis à Barcelone, où je partage mon temps entre mon activité artistique et un travail dans l’industrie de la mode. Où trouves-tu ton inspiration ? Mon inspiration s’apparente à un ouragan, tantôt dans l’œil du cyclone tantôt en pleine explosion ! Je la puise de la nature, de la Moldavie, des gens que je croise, des voyages, des livres, de la cuisine et des émotions diverses – parfois l’amour et le bonheur, …

Si on partait ensemble à Bucarest, on vous emmènerait là…

Belleville aime… Bucarest risque bien de vous surprendre à chaque coin de rue ! Pour commencer, Belleville vous emmène faire un tour dans le vieux quartier autour de la rue Lipscani. Une promenade incontournable pour les férus de vieilles enseignes datant de l’époque communiste. Arrêtez-vous dans une des églises orthodoxes pour vous émerveiller devant icônes et peintures, et faites un petit détour par le caravansérail Hanul lui Manuc, datant de 1808. Une bonne marche vous mènera ensuite au Palais du Parlement, construit en 1984 par Ceaușescu. Plus grand bâtiment d’Europe, et deuxième plus grand bâtiment du monde, il vous fera vous sentir bien petit ! Il abrite le Musée d’art contemporain de la ville qu’on visitera avec bonheur, et on ne manquera surtout pas de faire un tour dans l’incroyable librairie BD Jumatatea Plina à la fin du parcours ! Après ce passage obligatoire, Belleville vous fera visiter les parcs de la ville… immenses et reposants. Coups de cœur pour les parcs Herăstrău et Tineretului ! Pour faire le plein de tranquillité, on ira au Lacul morii, autour duquel il fait bon se promener à la découverte d’une architecture plutôt austère mais singulière. Le lendemain matin, nous filerons au marché d’Obor, l’un des plus grands marchés de la ville, où vous pourrez trouver presque tout ce que vous cherchez ! Ensuite, on fera un tour des plus …

Si on partait ensemble à Beyrouth, on vous emmènerait là…

Belleville aime… À Beyrouth, hormis les grands classiques comme la corniche, Belleville aime avant tout se perdre dans les quartiers. Allons donc faire une promenade ondulante dans les ruelles d’Achrafie (quartier chrétien), jusqu’aux escalier qui nous descendent à Gemmayzeh ou Mar Mikhael, les quartiers en vogue. En décor, des vieux immeubles colorés parés de stores et rideaux qui protègent de la chaleur – étouffante en été, et les gens, toujours gentils, qui viennent vous parler pour savoir ce que vous faites là. Finissons la balade dans un de nos quartiers coup de coeur, celui de Bourj Hammoud, quartier arménien. Dans ses nombreuses boutiques, vous y trouverez tout ce que vous souhaitez, des dernières fringues à la mode aux épices colorées. Et on vous garantit un accueil inoubliable ! Parmi les nombreux lieux culturels de la ville, on vous emmène d’abord découvrir l’art moderne oriental dans deux centres : le Beirut exhibition center, magnifique lieu en bord de mer, et plus alternatif, le Beirut Art center. À la sortie de ce dernier, c’est l’occasion de se balader dans les alentours et de découvrir un des fiefs du street art beyrouthin. Ensuite, nous allons visiter l’élégante Librairie El Bourj, pour trouver des livres en français, arabe ou anglais. Puis on file au centre Dawawine, espace culturel qui fait bibliothèque, libraire, salle de cinéma, espace …

leo. commodo ut ut quis ipsum eget id