« Visez-nous »<br/>stanbul 2/2

« Visez-nous »
stanbul 2/2

Forum à Kadikoy
Forum à Kadikoy

Sachez que si les médias (étrangers comme turcs) ne relaient pas forcément ce qu’il se passe en ce moment à Istanbul (et dans bon nombre d’autres villes de Turquie), la révolte n’est pas éteinte pour autant. Pendant les semaines qui ont suivi les affrontements, la Turquie a connu le mouvement du « duran adam » (littéralement, « l’homme debout »), lancé par un artiste. D’abord sur la place Taksim, l’artiste suivi rapidement par un bon nombre de stambouliotes, restait debout pendant des heures, sans parler si bouger, à fixer la photo d’Atatürk (père de la démocratie turque) déployée sur le centre culturel éponyme. Le mouvement s’est vite étendu à travers la Turquie puis le reste du monde (Berlin, Madrid, etc.), en tant que symbole fort d’une résistance pacifique et silencieuse.

Istiklal, un samedi en début de soirée
Istiklal, un samedi en début de soirée

Depuis, presque tous les soirs, les Turcs opposés au régime actuel se réunissent dans les parcs de la ville pour discuter et tenter d’informer les gens non politisés. Dans la galerie photo, un forum ayant lieu à Kadikoy sur la rive asiatique. Les règles sont simples : 4 minutes par personne, pour donner son avis et proposer des changements. Interdiction d’interrompre, d’interpeller ou de critiquer celui qui parle. On peut montrer son opposition en croisant les bras devant la tête, ou au contraire soutenir les propos par des applaudissements silencieux, c’est-à-dire les mains en l’air. Pas de débat, juste des propositions sur lesquelles chacun peut revenir quand c’est à son tour de parler.

Derviche révolutionnaire
Derviche révolutionnaire

Donc, malgré ce que l’on peut penser, le mouvement de résistance est loin d’être éteint, et la Turquie va sans doute connaître de nouveaux jours sombres pour faire entendre les voix de ceux qui pensent différemment. Bon nombre d’intellectuels ont rejoint le mouvement. Un des symboles forts de cette résistance est Leylâ Erbil, première écrivaine turque à être nominée au Prix Nobel de littérature (auteure notamment de Jour d’obscurité publié en 2012 chez Actes Sud) qui est malheureusement décédée le 19 juillet 2013. Paix à son âme, ainsi qu’à la Turquie.

Leylâ Erbil
Leylâ Erbil

Si le cœur vous en dit, on vous invite à regarder cette vidéo, hymne de la révolution de Gezi qui a inspiré le titre de cet article (« vise-nous » avec les gaz lacrymogènes). Vous pourrez voir des images des manifestations.

Articles similaires

Laisser un commentaire

adipiscing libero ut felis risus luctus suscipit fringilla id, elementum