Taksim moonwalk en exclu !

Taksim moonwalk, quatrième livre Belleville, débarque en libraire le 12 mai ! Un Little Miss Sunshine sur fond de révolution turque… Ce grand roman de la révolte de Gezi raconte l’histoire déjantée d’un frère et d’une sœur embarqués dans un concours de talents… En effet, la petite Çiğdem sait imiter le King of pop comme personne ! Mais alors qu’ils accèdent bientôt à la gloire, İstanbul se soulève. Ce qui n’arrange pas nos deux héros… Ils décident d’aller faire le moonwalk sous les gaz poivre de l’avenue İstiklâl. Tendre, rock, loufoque et malheureusement très actuel, un regard authentique sur la Turquie contemporaine. À l’occasion de la sortie du livre, l’auteur Emrah Serbes, voix de la résistance populaire dans son pays, sera en France pour deux courtes journées. Le 1er mai à Arras, au Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale ; et le 2 mai à Paris, pour une rencontre à la librairie Le Divan, puis à la soirée Paie ton Tour, organisée par Ulule !

La voix à Nermin Mollaoglu, l’agente de Seray Sahiner

Nermin Mollaoglu, agente littéraire en Turquie, a répondu à nos questions. Dans cette interview, elle nous parle littérature, nouvelle génération… Peux-tu nous expliquer ton travail en quelques mots et les raisons qui t’ont poussée à le choisir ? Je suis agente littéraire. Je présente mon catalogue d’auteurs à des éditeurs de pays étrangers, et leur vends les droits pour qu’ils traduisent le livre dans leur langue. Je représente un bon nombre d’éditeurs turcs, et j’essaie de trouver les meilleurs éditeurs pour leurs livres. Je n’ai pas une bonne raison qui m’aurait poussée à choisir ce travail, la vérité est plutôt que ce travail m’a choisie. J’ai été sage-femme, puis professeure, et j’ai obtenu un diplôme en marketing et un autre en droit et économie. Ces études me permettent de faire mon travail au mieux. Où est ton agence ? Pourquoi t’être installée dans ce quartier ? Nos bureaux sont situés à Beyoğlu, place Tünel. Les étrangers se souviennent des émeutes qui ont commencé sur la place Taksim et l’avenue Istiklal. C’est la rue de la fête, du shopping et de la culture. On y trouve de nombreux centres culturels et de consulats. Notre rue est connue pour sa salle de concert, le Babylon Music Hall. Nous sommes 13, installés au dernier étage de notre immeuble que nous adorons. Nous partageons de bons …

La voix à Duru Eksioglu, illustratrice Belleville

Vous avez découvert il y a peu l’illustration de la couverture de notre premier livre La coiffure de la mariée de Seray Şahiner … Eh bien aujourd’hui on vous propose d’en savoir un peu plus sur cette jeune artiste qui nous vient d’Istanbul ! Duru Eksioglu a su mettre de la Chantilly dans notre cœur avec cette petite merveille et on souhaite vous la faire rencontrer ! Parle-nous de ton métier. Sur quel genre de projets bosses-tu ? Je travaille pour différentes entreprises un peu partout dans le monde. J’ai ainsi réalisé des tee-shirts pour une célèbre marque de vêtements turque ; j’écris aussi des storyboards et des livres illustrés. J’ai également créé ma propre marque à l’occasion de mon projet de fin d’études, Happy Marker. Je propose des broches toutes mignonnes, de jolis faux-cols ou encore des tote bag, etc. Juste pour le plaisir ! Être artiste en Turquie, ça ressemble à quoi ? C’est un métier particulièrement compliqué car les gens ont du mal à évaluer le travail nécessaire à la réalisation d’une œuvre. Créer est l’une des tâches les plus compliquées de notre métier et certaines personnes imaginent que ça se fait en un clin d’œil. Du coup, beaucoup d’entre nous ont du mal à en faire une source de revenus. Certains clients bloquent aussi toute liberté créatrice. Nous ne pouvons pas faire …

Si on partait ensemble à Istanbul, on vous emmènerait là…

Belleville aime… En premier lieu, vous l’avez peut-être déjà compris au regard de nos posts : on vous emmènerait à Cihangir ! Ce charmant quartier sur flanc de colline, coincé entre l’avenue Istiklal et le Bosphore, abrite un dédale de petites ruelles où l’on croise librairies, cafés, antiquaires et chats des rues heureux car nourris par les habitants. Il fait bon – et pour nous il est indispensable de – s’y perdre. Ensuite, nous irons au musée d’art moderne ! D’abord parce que le lieu est magnifique : un entrepôt douanier au bord du Bosphore. Ensuite parce qu’il possède une collection de trésors d’art contemporain turc, que ce soit en peintures, installations ou vidéos. Maintenant allons faire un tour à Kadiköy ! La rive asiatique d’Istanbul est pleine de vie, et le quartier nous charme avec ses galeries et ses marchés. Puis l’on marchera jusqu’à la gare de Haydarpasa, fermée depuis février 2012. Encore entretenu, le lieu commence peu à peu à être envahir par les plantes. Carrefour incontournable, symbole du développement de l’empire ottoman, ce lieu chargé d’histoire est probablement notre endroit chouchou de la ville. Si vous aimez l’industrie, on vous emmènera visiter Santralistanbul dans l’université Bigli. Cette ancienne centrale thermique abrite aujourd’hui un musée d’art et un musée de l’énergie, qui vaut le détour pour son architecture et ses vieilles machines. Dans les incontournables touristiques, on vous …

commodo efficitur. consequat. leo adipiscing eget felis sed